Toutes les infos concerts rock/punk/ska/pop/reggae/alternatif/independant etc La p'tite fm chez les rockeurs ...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 centre de retention brulé à Vincennes, mais ça continu...

Aller en bas 
AuteurMessage
Stygmate
Sexy Baywatcher
avatar

Messages : 344
Date d'inscription : 06/08/2007

MessageSujet: centre de retention brulé à Vincennes, mais ça continu...   Mer 25 Juin - 0:06

Citation :
A PROPOS DE L'INCENDIE DU CRA DE VINCENNES ...


Le Centre de Rétention de Vincennes (CRA) est une sordide prison , dans
laquelle sont retenus les sans-papiers en attente d'expulsion.

C'est la plus grande prison de ce type en France. Les conditions
d'enfermement y sont rendues encore plus insupportables avec la politique
du chiffre exigée par Sarkozy et appliquée par Hortefeux.

Samedi 21 juin un détenu est mort dans des circonstances douteuses et le
lendemain les bâtiments du Centre de Rétention Administratif de Vincennes
ont été entièrement détruits par un incendie. Une vingtaine de retenus ont
été blessés.

Même si le déroulement exact des faits n'est pas encore connu, nous
pouvons déjà dénoncer les responsables de ces drames :

Nous accusons toutes les lois passées et actuelles (Debré, Chevènement,
CEDSEDA, etc ...) de criminaliser une partie de la population pour le seul
fait d'essayer de survivre ici, la plupart du temps en se faisant
surexploiter par des patrons sans vergogne.

Nous accusons la politique démagogique des Sarkozy-Hortefeux de pousser à
la haine en désignant des ennemis imaginaires comme boucs émissaires.

Nous accusons toutes les organisations politiques ou syndicales qui
acceptent la logique du cas par cas et les critères CESEDA, comme on l'a
vu encore récemment dans la lutte « sous contrôle » des travailleurs sans
papiers, d'être les auxiliaires zélés de cette politique dite «
d'immigration choisie ».

Nous accusons les capitalistes et les états, d'entretenir un système
inégalitaire mondial basé sur la domination et l'exploitation, de
provoquer au Nord comme au Sud la misère et de pousser à l'exode par la
mise en concurrence de tous pour le plus grand profit de quelques-uns.

FERMETURE DES CENTRES DE RETENTION ! LIBERTE DE CIRCULATION !

ABROGATION DE LA LOI CESEDA :

QUI TRAVAILLE ICI, ETUDIE ICI, VIT ICI EST D'ICI !

SOLIDARITE SANS FRONTIERE !

RESISTANCE POPULAIRE !

Paris, le 22/0608, 20h00

CNT-AIT

On estime qu'il y a entre 14 et 50 sans pap echappés (on parle de 40 en fait...) suite à cet incendie, et deux viennent d'etre arreté et transféré ce mardi 24 juin, accusés d'avoir mis le feu.
Je vous dit pas l'enfer pour ces gens, qui etaient déjà en enfer.


Dernière édition par Stygmate le Mer 19 Nov - 19:33, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stygmate.propagande.org/
Stygmate
Sexy Baywatcher
avatar

Messages : 344
Date d'inscription : 06/08/2007

MessageSujet: Re: centre de retention brulé à Vincennes, mais ça continu...   Ven 27 Juin - 13:30

Citation :

9ème COLLECTIF DES SANS-PAPIERS
Communiqué 24 juin 2008

Suite aux évènements de ces derniers jours, le 9ème Collectif des
sans-papiers s'est rassemblé devant le CRA de Vincennes lundi 23 juin à
18h et se joindra au rassemblement de ce mardi 24 juin même lieu même heure.

*Retour sur les derniers événements de Vincennes :
LA POLITIQUE DU GOUVERNEMENT EN ACCUSATION*

L'Europe et la France imposent un climat de terreur en excluant des
centaines de milliers de personnes sans-papiers, et ceci est destiné à
s'aggraver avec la « Directive de la honte » tout récemment votée.

Ce dimanche 22 juin 2008, le centre de rétention de Vincennes qui
contenait 273 sans-papiers dont 33 étaient au tribunal, en voie d'être
expulsés, a été détruit par un incendie.

La veille, samedi, un sans-papiers placé en rétention alors qu'il était
souffrant, est mort à l'intérieur du centre.

Ces événements dramatiques sont la conséquence directe de la politique
xénophobe et mortifère que mène l'Europe et le gouvernement français.
Ils appellent une mobilisation de toutes et de tous et à la construction
du mouvement le plus large contre ces politiques inhumaines.

Depuis plusieurs mois, les détenus, les associations, les familles, des
élus, alertent les autorités et l'opinion publique sur la situation
scandaleuse des camps de rétention (harcellement et maltraitances de
tous types, gaz lacrymogène, matraquages, utilisation du taser, etc.).
La colère, la révolte, le désespoir se traduit par des gestes de
protestations extrêmes : auto-mutilations, absorption de fortes doses de
tranquilisants, grèves de la faim...

Aujourd'hui on rafle, on enferme , on expulse au titre d'une « politique
du chiffre ». Et on en meurt : Chulian Liu s'est défenestrée par peur de
la police ; John Maïna s'est pendu après qu'on lui ai refusé l'asile
alors qu'il était menacé ; Baba Traoré s'est jeté d'un pont alors qu'il
était pourchassé par la police...
Et samedi 22 juin 2008, dans le camp de Vincennes, Salem Essouli,
sans-papiers tunisien en voie d'expulsion, est mort à son tour.

La destruction du camp de rétention de Vincennes dimanche 23 juin 2008,
symbole de l'industrialisation de l'arrestation, de la rétention et de
l'expulsion, crée un précédent dont il importe de prendre la mesure.

Cet événement, au cours duquel les détenus ont subi de véritables
traumatismes, met en crise et en faillite les motivations et les
responsabilités du gouvernement.

Nous dénonçons les actes et les déclarations de l'UMP et du
gouvernement, ainsi que du Ministère de l'immigration dans cette situation.

Les détenus ont été gazés, puis pris dans l'incendie, ils ont été
déplacés et enfermés dans un gymnase. Certains ont du être hospitalisés
d'urgence notamment pour des problèmes respiratoires.
Les autres ont été parqués dans la cour et encerclés par la police. Ils
ont été maintenus pendant des heures les mains sur la tête, dans le
froid, la peur, l'angoisse, en état de choc.
Ils n'ont été évacués que très tardivement en toute fin de soirée, et
dispersés dans plusieurs autres centres de rétention : Nîmes, Lilles,
Palaiseau, Rouen.

Nous exigeons la libération et la régularisation des sans-papiers du CRA
de Vincennes et de tous les autres sans-papiers..

*ASSEZ DE MORTS !
ARRET DES RAFLES ARRET DES EXPULSIONS
FERMETURES DES CENTRES DE RETENTIONS
LIBERATION ET REGULARISATION DE TOUS LES SANS-PAPIERS*

9ème Collectif des Sans-Papiers
9eme_collectif@no-log.org
9emecollectif.net
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stygmate.propagande.org/
Stygmate
Sexy Baywatcher
avatar

Messages : 344
Date d'inscription : 06/08/2007

MessageSujet: Re: centre de retention brulé à Vincennes, mais ça continu...   Ven 27 Juin - 13:32

Citation :
Quoi de plus beau qu'une prison qui brûle ?... deux !






c'est vrai que c'est beau une prison qui brule....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stygmate.propagande.org/
Stygmate
Sexy Baywatcher
avatar

Messages : 344
Date d'inscription : 06/08/2007

MessageSujet: Re: centre de retention brulé à Vincennes, mais ça continu...   Mer 19 Nov - 19:33

Citation :
A l´Est, rien de nouveau ?

A l´Est de la capitale, comme ailleurs, le drame se poursuit : le centre
de rétention de Vincennes, destiné à enfermé les sans-papiers, avait été
incendié le 22 juin dernier. Pourtant, en ce 11 novembre, il a ouvert de
nouveau. Rien de nouveau donc : tout près de l´hyppodrome de Vincennes,
l´Etat va continuer à enfermer des populations raflées dans les rues,
dans les transports, à leur travail ou à la sortie des écoles.
La « rétention » est assurément un mot bien pratique pour masquer la
réalité sordide de ces actes : la concentration dans un camp fermé et
gardé de personnes raflées qui attendent leur expulsion forcée.
C´est donc pour protester contre cette réouverture, et pour protester
contre toutes les expulsions, que la Fédération Anarchiste, avec
d´autres associations et individus, était présente sur les lieux. Cette
présence, concrètement, ne fut pas possible à proximité immédiate de ce
centre : aujourd´hui, exprimer sa solidarité est considéré comme un
délit. C´est dans ce sens que nous interprétons l´interdiction qui nous
a été faite d´accéder jusqu´au centre de rétention. Des cordons de
flics, des camions prêts à embarquer les contestataires ... le ton est
donné, et ne semble plus étonner personne.
Le cortège qui a eu lieu depuis la gare RER jusqu´au plus près du centre
a donc été contrôlé dans sa totalité par la police : une manière de
laisser se défouler les opposants en donnant un minimum de visibilité et
donc un maximum de frustration. Les medias, eux, mitraillent nos
banderoles. Cela explique en partie que le fait de se masquer en
manifestation se généralise. Etant donné la répression actuelle contre
les mouvements sociaux, on n´est jamais trop prudents ...
En tous les cas, ce qui devait être une manifestation devant le centre
de rétention se cantonne à un rassemblement devant l´hyppodrome de
Vincennes. Le cortège repart donc en direction de la gare RER ...

Highway to hell

C´est à ce moment que ce cortège montre qu´il a encore des ressources.
Des discussions se tissent, et après quelques rapides débats, une
décision est prise : déborder la flicaille. Le cortège bifurque donc au
dernier moment, leurrant la police. Nous nous engageons en direction des
voies rapides et de l´autoroute A4. Les banderoles sont rassemblées « en
carré », les manifestants se densifient derrière et créent un bloc
difficile à séparer. La machine est alors lancée, et, doucement mais
sûrement, le cortège prend possession de la voie publique, devant des
flics incapables de réagir et de nous en empêcher.
Pensant nous bloquer plus loin, ils échouent à nouveau : nous sommes
organisés, cohérents, et l´efficacité nous étonne nous même. Les gens
prennent confiance en eux. La force que nous représentons (quelques
centaines de personnes) n´est pas une masse dirigée par des chefs :
c´est volontairement, de façon consciente et cohérente que chacun est
là. Une autogestion dans la lutte. On discute, on s´entraide. Pour une
fois, anarchistes organisés, syndicalistes, militants associatifs et
autres ne se battent pas pour discuter de la virgule d´un tract. On est
là. On veut le montrer. On agît collectivement, et on y prend goût.
L´autoroute est bloquée. Les bouchons commencent, et des renforts
policiers tentent une charge puis un dépassement pour nous bloquer. Les
premiers gaz lacrymogènes nous balayent. Pourtant, les manifestants
trouvent un second souffle. Le blocage se poursuit, en faisant
demi-tour, mais en surprenant à nouveau les forces de police. Tout le
long de cette escapade, des cris, des slogans : « liberté ! Liberté ! »,
« Brique par brique, mur par mur, nous détruirons les centres de
rétention ! ». On informe les automobilistes bloqués, dont certains
expriment leur solidarité.
Retour au point de départ, avec des blocages qui continuent. Nous avons
pris conscience que nous étions enfin visibles, et nous voulons en
profiter pleinement. Et c´est ce que nous faisons. La police, elle, est
toujours incapable de gérer la situation. Elle nous subit. Elle agit
dans la précipitation, et se couvre de ridicule par son incapacité à
s´organiser. Alors que nous avons enfin rejoint la gare RER, d´autres
tirs de lacrymogènes ont lieu. Inutiles eux-aussi, puisque nous avons
décidé nous même de nous y rendre, et pas sous la contrainte. Un tir de
lacrymogène rebondit sur un poteau, et la grenade revient sur les rangs
policiers. Le retour se fait en RER, collectivement, une partie
d´entre-nous se soignant des gaz grâce à du sérum physiologique.

Et après ?

Au-delà du plaisir jouissif de ne pas se laisser canaliser par la
police, nous sommes conscients de nos limites : le centre de rétention
est toujours là. Il se remplira dans les jours qui viennent de nouveaux
expulsables. Ce n´est pas une victoire.
Mais ce qui compte à l´instant où j´écris ces lignes, c´est qu´il est
clair pour un certain nombre de personnes que cette lutte qui
s´essoufflait connaît un regain certain. Cette manifestation montre un
renouveau de la mobilisation. La tournure qu´à pris ce rassemblement que
tout le monde prévoyait comme un acte trop canalisé pour être visible
nous a surpris nous même et a redonné à nombre d´entre-nous le goût de
la lutte. En ce sens, ce 11 novembre est à interpréter comme un signe
d´une solidarité qui se consolide avec nos camarades sans-papiers.

http://zona-yarost.blogspot.com/2008/11/11-novembre-2008-manifestation-contre.html
si vous voulez voir les photos qui vont avec le récit...

I N F O Z O N E
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stygmate.propagande.org/
Stygmate
Sexy Baywatcher
avatar

Messages : 344
Date d'inscription : 06/08/2007

MessageSujet: Re: centre de retention brulé à Vincennes, mais ça continu...   Mer 26 Nov - 22:53

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stygmate.propagande.org/
Stygmate
Sexy Baywatcher
avatar

Messages : 344
Date d'inscription : 06/08/2007

MessageSujet: Re: centre de retention brulé à Vincennes, mais ça continu...   Mer 26 Nov - 22:56

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://stygmate.propagande.org/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: centre de retention brulé à Vincennes, mais ça continu...   

Revenir en haut Aller en bas
 
centre de retention brulé à Vincennes, mais ça continu...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [AIDE] Re boot continu
» brulées par la neige, mais....
» Avis de marché - DRAC Centre - Cathédrale de Tours - Peinture murale (lot 1)
» Sauver une casserole qui a brulé et attaché
» Le Temps passe, mais les Souvenirs restent.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Politique-
Sauter vers: